Biography

•« Je veux que ma musique soit l’expression de mon âme et que ma voix transmettede profondes émotions à un vaste public de toutes les races, religions et nations du monde. »

Ainsi s’exprime la soprano d’origine italienne, Giorgia Fumanti, qui accumule les honneurs à un rythme constant.

Tout d’abord un bref résumé : son premier album, Like A Dream, sort en 2004. La musique de l’album est composée par Vangelis, l’un des compositeurs les plus prolifiques de sa génération. S’ensuit From My Heart, album lancé mondialement en 2007 sous étiquette EMI, qui atteint le top 20 du Billboard
Classic Crossover Chart. Son troisième, francophone celui-là, intitulé Je suis, sort en 2008. Elle lance ensuite Magnificat en 2009.

Entre les sorties d’albums, Giorgia chante également lors d’événements aussi grandioses que les Jeux Olympiques de Beijing, le Nouvel an chinois puis, elle se produit au prestigieux Royal Albert Hall à Londres, ainsi qu’aux 2010 Tashir Awards au Kremlin à Moscou. Elle accompagne aussi de grands noms de la chanson tels José Carreras, Lang Lang, Justin Hayward du groupe The Moody Blues, les stars de la pop chinoise Wei Wei et Han Hong, de la pop italienne Zucchero, Lucio Dalla, Gino Paoli et, finalement, plusieurs ténors comme Yu Qiang Dai, Ding Yi, Mario Frangoulis et John McDermott.

Née à Fivizzano, un village de Toscane au cachet médiéval, Giorgia Fumanti grandit dans la petite ville voisine d’Aulla, au pied de la Fortezza della Brunella, un château datant du XIIIe siècle, ville où sa famille habite encore à ce jour. Elle déménage ensuite à Monterosso al Mare, ville située en plein cœur de la fameuse Cinque Terre, l’une des plus belles régions d’Italie.

« Enfant, ma grand-mère chantait pour m’apaiser lorsque j’étais malade, ou lorsque je peinais à trouver le sommeil le soir venu. Je me rappellerai toujours comment sa voix si douce me réconfortait. Elle a été une inspiration pour la chanteuse que je suis devenue. »

Très timide, Giorgia commence à chanter seulement à l’âge de 16 ans, lorsqu’elle auditionne pour le chœur de l’église locale d’Aulla. C’est à ce moment précis, à la surprise générale, qu’elle se découvre un don pour le chant. Le directeur du chœur remarque son talent et lui offre sur-le-champ le rôle de soliste. Deux ans plus tard, elle se joint à la prestigieuse chorale
Il Convitto Armonico de La Spezia en Italie, récipiendaire de plusieurs prix et connue principalement pour ses interprétations d’œuvres anciennes et médiévales.

Pour plaire à ses parents, Giorgia étudie le droit à l’Université de Parme. En plein période d’introspection, elle se tourne vers le yoga – elle est d’ailleurs aujourd’hui maître Reiki certifié, et porte son attention vers les personnes handicapées. Ces activités, amalgamés à son don inné pour le chant, l’aident à trouver sa voie dans la vie et à développer sa personnalité unique. Conséquemment, Giorgia se réoriente musicalement et trouve de l’inspiration dans les styles de musique tels le classique, du monde, et la pop :

« Ces expériences de vie m’ont permis de découvrir toute la profondeur de mon âme avant de me consacrer pleinement et sérieusement à l’étude de la musique. »

L’année 2002 marque un point tournant dans la vie et la carrière de la jeune chanteuse alors que Maurice Velenosi, qui allait devenir son impresario, reçoit une bande démo de la superstar italienne Zucchero. La voix sur le démo était celle de Giorgia :

« Dès l’instant où j’ai entendu sa voix, j’ai été sidéré par son talent. La voix était charmante, mais son pouvoir d’évocation était encore plus frappant. J’ai été transporté. J’ai alors eu la certitude qu’elle était destinée à devenir une star d’envergure internationale. »

Désireuse de parvenir à une parfaite maîtrise de sa voix, Giorgia entreprend des études de chant au renommé Conservatorio di Musica Arrigo Boito de Parme, en Italie. Divers professeurs de chant privés ont travaillé avec elle en Italie, puis au Canada et aux Etats-Unis et plus récemment avec le professeur William Riley à New York.

Au cours des deux années qui ont suivi sa rencontre avec Maurice Velenosi, Gorgia voyage régulièrement entre l’Italie et le Canada, tout en concoctant son premier album. Le 25 janvier 2003, elle triomphe au Théâtre d’Aulla, rempli à pleine capacité, dans la ville où elle a grandi, alors qu’elle se
produit en solo pour la toute première fois. Le public, conquis, lui accorde plusieurs ovations.

Signe d’une renommée internationale en devenir, en mars 2003, on l’invite à prendre part au méga concert télévisé Les Divas du Québec. La soprano envoûte alors les spectateurs avec sa présence électrisante, son charisme et sa voix unique. Un album de cette grande célébration de la musique est
lancé en mai de la même année.

Peu après, la chanson Écoute-moi est choisie pour faire partie de la Drop the Debt, un album regroupant des artistes de renommée internationale visant à promouvoir l’annulation de la dette des pays du tiers-monde.

En décembre, Giorgia envoûte des milliers d’amateurs de musique en livrant deux mémorables concerts de Noël au mythique Oratoire Saint-Joseph de Montréal, accompagnée d’un orchestre symphonique, d’un chœur d’enfants et d’un chœur d’adultes. Elle se retrouve avec plus de 150 musiciens et choristes sur scène. Les spectateurs lui accordent de nombreuses ovations. Giorgia

est une pure révélation pour la plupart d’entre eux. Par la suite, le succès de la soprano ne se dément pas. Les organisateurs du Festival Montréal en lumière l’invitent à prendre part à deux concerts au cours desquels elle charme une fois de plus l’audience avec sa voix sublime et sa personnalité
charismatique.

La brillante carrière de Giorgia démarre réellement en 2004 lors du lancement de son tout premier album, Like A Dream. Celui-ci regroupe plusieurs chefs-d’œuvre écrits par nul autre que Vangelis, l’un des compositeurs les plus prolifiques de sa génération. Sous la direction de Guy Protheroe et avec
la participation de l’English Chamber Choir, l’enregistrement de l’album se déroule à Montréal et à Londres, aux mythiques Abbey Road Studios.

Cette étonnante production procure immanquablement son lot d’émotions à chaque écoute, elle qui marie si harmonieusement poésie et lyrisme. Plusieurs musiciens talentueux du Cirque du Soleil y figurent également. De la profonde spiritualité de la pièce Psalmus Ode au mystère contenu dans The Friends of Mr. Cairo en passant par l’envoûtante Like A Dream, l’album contient certaines des plus belles créations de Vangelis. Avec Like A Dream, elle transporte les auditeurs dans son univers – un monde de paix, de beauté, d’harmonie et de découverte spirituelle.

Giorgia Fumanti, l’artiste, est une femme aux mille dimensions, inspirée largement par les œuvres de Vangelis, Ennio Morricone, Enya et d’autres compositeurs de musique cinématographique de renom. Plusieurs, à tort, ont tenté de définir son style musical – classique, du monde ou pop – mais, en fait,
sa musique englobe tous les styles et il en résulte une combinaison on ne peut plus harmonieuse, une signature musicale bien personnelle.

La star italienne, qui s’est installée il y a quelques années au Québec, est reconnue pour ses longs cheveux noirs aux reflets mauves, ses yeux bleus perçants, sa présence magnétique et sa voix angélique puissante. Elle possède sans contredit un don d’interprète unique.

Suite au lancement de Like A Dream, Giorgia voit sa carrière prendre son envol de façon définitive – tournées de concerts en Corée du Sud, au Japon, en Inde, en Italie, au Canada, aux États-Unis… Elle chante accompagnée de prestigieux orchestres symphoniques et philarmoniques dans des
salles mythiques autour du monde. De Séoul à Montréal en passant par Johannesburg et Dallas, elle livre des performances mémorables pour des événements comme Le Sori de Jeonju (Corée du Sud), Le Match des étoiles LNH 2007 à Dallas (États-Unis) et le Hampton Court Festival de Londres
(Angleterre), en compagnie de José Carreras. En plus de prestations au Festival Montréal en lumière et à la Gracie Mansion de New York, elle lance From My Heart, son deuxième opus en 2007. Elle chante aux Jeux Olympiques de Beijing en 2008 et lance son premier album francophone, Je suis, cette même année.

En 2009, elle lance Magnificat et poursuit ses tournées de spectacles autour du monde, notamment au Royal Albert Hall de Londres en compagnie de Michael Bolton, ainsi qu’à La Fenice de Venise et au Musée de l’héritage juif de New York. En 2010, elle enregistre la pièce O Soave Fanciulla de Puccini en compagnie de la superstar italienne Gino Paoli, qui sert de thème au
Pavillon italien de l’Exposition Universelle de Shanghai 2010, en Chine. Ce n’est que le début, car comme l’a dit le ténor José Carreras :

« C’est un véritable plaisir de travailler avec [elle]; avec [son] immense talent, une formidable carrière s’ouvre devant [elle] »

Le dernier mot revient, comme il se doit, à la chanteuse elle-même :

« C’est si simple et sincère, ce désir que j’ai de chanter pour vous. De mon cœur, à votre cœur… Tout comme ma grand-mère le faisait pour moi quand j'étais enfant et qu’elle m’amenait dans un univers spécial. Un monde de paix, de liberté et d’amour. Je veux donc aujourd’hui, à mon tour, vous amener dans cet univers où nos cœurs seront libres et réunis. Je veux vous émouvoir, vous imprégner de toute la magie que m’inspire la musique. De mon cœur, au vôtre… »